passion des animaux
 
AccueilRechercherMusiqueS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les héros grecs.

Aller en bas 
AuteurMessage
moumoune
Admin
avatar

Messages : 707
Points : 567765
Date d'inscription : 02/01/2011

MessageSujet: Les héros grecs.   Lun 5 Sep - 0:22

Les Héros Grecs
Achille
Hector
Paris
Agamemnon
Ménélas
Helene
Patrocle
Ulysse
Ajax
Priam
Thétys


Dernière édition par moumoune le Lun 5 Sep - 9:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
moumoune
Admin
avatar

Messages : 707
Points : 567765
Date d'inscription : 02/01/2011

MessageSujet: Re: Les héros grecs.   Lun 5 Sep - 9:18

cheers cheers cheers




Achille Achille
Autres héros grecs de la Guerre de TroieAchille,
l'Éacide ou petit-fils d'Éaque, fils de Thétis et de Pélée, roi de la
Phthiotide, naquit à Larisse, ville de Thessalie, sise sur les bords du
Pénée. A sa naissance, Thétis, sa mère, l'avait plongé dans l'eau du
Styx, et l'avait rendu invulnérable, excepté au talon par où elle le
tenait. Elle se chargea elle-même de sa première éducation, et lui donna
pour gouverneur et père nourricier Phénix, fils d'Amyntor, prince des
Dolopes, réfugié à la cour de Pélée. Ensuite il eut pour maître le
centaure Chiron qui, en ornant sa belle intelligence des connaissances
les plus utiles, ne négligea pas de développer et de fortifier son
corps. Il le nourrissait, dit-on, de cervelles de lion et de tigre, afin
de lui communiquer un courage et des forces irrésistible.

Dans
son enfance, sa mère lui ayant proposé d'opter entre une carrière
longue et obscure, et une vie courte, mais glorieuse, il préféra la
dernière. Cependant, Thétis, instruite par les oracles qu'on ne
prendrait jamais Troie sans lui, mais qu'il périrait sous ses murs,
l'envoya en habits de jeune fille, et sous le nom de Pyrrha, à la cour
de Lycomède, roi de Scyros. À la faveur de ce déguisement, il se fit
connaître de Déidamie, fille de Lycomède, l'épousa secrètement, et en
eut un fils nommé Pyrrhus.

Lorsque les princes grecs se
rassemblèrent pour aller au siège de Troie, Calchas leur prédit que
cette ville ne pourrait être prise sans le secours d'Achille, et leur
indiqua le lieu de sa retraite. Ulysse s'y rendit, déguisé en marchand,
et présenta aux femmes de la cour des bijoux et des armes. Achille se
trahit lui même en préférant les armes aux bijoux. Ulysse l'emmena au
siège de Troie, et c'est alors que Thétis donna à son fils cette armure
impénétrable, ouvrage de Vulcain.

Achille devint bientôt le
premier héros de la Grèce et la terreur des ennemis. Pendant
qu'Agamemnon rassemblait ses troupes, le fils de Thétis prit plusieurs
villes de la Troade et de la Cilicie, entre autres Thèbes, patrie
d'Andromaque. Mais dans le cours du siège, Achille ayant été d'avis de
rendre la jeune Chryséis à son père, prêtre d'Apollon, et de faire
cesser par là la peste qui désolait le camp des Grecs, Agamemnon offensé
lui enleva une autre captive, Hippodamie, surnommée Briséis ou fille de
Brisès. Cette insulte l'irrita au point qu'il se retira dans sa tente,
et cessa de combattre.

Sa retraite assura la victoire aux
Troyens ; mais Patrocle son ami, qui avait emprunté ses armes, ayant été
vaincu et dépouillé par Hector, il demanda une nouvelle armure à sa
mère, retourna au combat, et vengea la mort de son ami par celle
d'Hector qu'il attacha à son char et traîna ainsi plusieurs fois autour
des murailles de Troie et du tombeau de Patrocle ; il le rendit ensuite
aux larmes de Priam son père.

Après la mort d'Hector, les
princes grecs furent appelés chez Agamemnon à un grand festin, dans
lequel ils examinèrent les moyens de se rendre maîtres de Troie. Achille
se déclara pour la force ouverte, Ulysse pour la ruse, et l'avis de
celui-ci l'emporta.

Suivant Ovide, l'amour causa la mort
d'Achille épris des charmes de Polyxène, fille de Priam, il la demanda
en mariage ; et, lorsqu'il était sur le point de l'épouser, au moment où
Déiphobe l'embrassait, Pris le blessa au talon d'un coup de flèche.
C'est, dit-on, Apollon lui-même, qui avait dirigé le trait. Cette
blessure fut mortelle.

On a observé, avec raison, que la fable
qui suppose Achille invulnérable n'était pas reçue du temps d'Homère. Ce
poète n'avait garde d'adopter une fiction qui eût déshonoré son héros.
Achille, selon lui, fut blessé en combattant, et les Grecs livrèrent
autour de son corps un combat sanglant qui dura tout un jour. Thétis,
ayant appris la mort de son fils, sortit du sein des eaux, accompagnée
d'une troupe de nymphes, pour venir pleurer sur son corps. Les Néréides
environnèrent le lit funèbre, en poussant des cris lamentables, et
revêtirent le corps d'habits immortels ; les neuf Muses firent entendre
tour à tour leurs plaintes lugubres. Durant dix-sept jours, les Grecs
pleurèrent avec les déesses ; et le dix-huitième, on mit le corps sur un
bûcher. Ses cendres furent enfermées dans une urne d'or, et mêlées avec
celles de Patrocle. Après qu'on lui eut élevé un magnifique tombeau sur
le rivale de l'Hellespont, au promontoire de Sigée, Thétis fit exécuter
des jeux et des combats, par les plus braves de l'armée, autour de son
tombeau.

Achille fut révéré comme un demi-dieu. L'oracle de
Dodone lui décerna les honneurs divins, et ordonna que des sacrifices
annuels fussent offerts sur sa tombe.

Dans les combats
héroïques, le char prenait une large part à la lutte, et, par
conséquent, l'habileté du cocher contribuait beaucoup à la victoire.
Aussi, quand on raconte l'histoire d'Achille, on doit au moins
mentionner son cocher, d'ailleurs célèbre, Automédon.

La lance d'Achille avait la vertu de guérir les blessures qu'elle avait faites ; mais il fallait toutefois que le héros y consentît.
Revenir en haut Aller en bas
moumoune
Admin
avatar

Messages : 707
Points : 567765
Date d'inscription : 02/01/2011

MessageSujet: Re: Les héros grecs.   Lun 5 Sep - 9:23

cheers cheers cheers

Hector

Héros troyens de la Guerre de TroieHector,
fils de Priam et d'Hécube, époux d'Andromaque, père d'Astyanax, le plus
fort et le plus vaillant des Troyens, défendit énergiquement sa patrie
contre l'armée des Grecs. Il sortit avec gloire de plusieurs combats
contre les plus redoutables guerriers, tels qu'Ajax, Diomède, etc...

Les oracles avaient prédit que l'empire de Priam ne pourrait être
détruit tant que vivrait le courageux Hector. Durant la retraite
d'Achille, il porta le feu jusque dans les vaisseaux ennemis et tua
Patrocle qui voulait s'opposer à ses progrès. Le désir de la vengeance
rappelle Achille au combat. À la vue de ce terrible guerrier, Hécube et
Priam tremblent pour les jours de leur fils et lui font les plus vives
instances pour le dissuader d'engager le combat ; mais il est
inexorable, et, lié par son destin, il attend son rival.


Apollon l'abandonne. Minerve, sous la figure de son frère Déiphobe, le
trompe et le livre à la mort. Après lui avoir ôté la vie, Achille
l'expose à la lâche fureur des Grecs, attache à son char le cadavre du
vaincu et le traîne indignement plusieurs fois autour de la ville.
Enfin, Apollon reproche aux dieux leur injustice. Thétis et Iris sont
chargées par Jupiter, l'une de disposer Achille à rendre le corps, et
l'autre d'ordonner à Priam de lui porter des présents capables d'apaiser
sa colère. Priam vient en suppliant baiser la main sanglante du
meurtrier de son fils, et s'humilier à ses genoux.

Le corps est
rendu ; et Apollon, qui a protégé Hector de son vivant, à la prière de
Vénus, prend le même soin de lui après sa mort, et empêche qu'il ne soit
défiguré par les mauvais traitements d'Achille.

Sur les
médailles, on voit Hector monté sur un char tiré par deux chevaux ;
d'une main, il tient une pique, et de l'autre le Palladium.
Revenir en haut Aller en bas
moumoune
Admin
avatar

Messages : 707
Points : 567765
Date d'inscription : 02/01/2011

MessageSujet: Re: Les héros grecs.   Lun 5 Sep - 9:25

cheers cheers cheers

Pâris

Héros troyens de la Guerre de TroiePâris,
nommé aussi Alexandre, était fils de Priam, roi de Troie, et d'Hécube.
Avant sa naissance, les devins consultés annoncèrent que l'enfant qu'on
attendait causerait un jour l'embrasement de Troie. Sur cette
prediction, dès que Pâris fut né, Priam le donna à un de ses domestiques
pour s'en défaire. Hécube, plus tendre, le déroba, et le confia à des
bergers du mont Ida, en les priant d’en avoir soin.

Bientôt le
jeune pasteur se distingua par sa bonne mine, par son esprit et par son
adresse, et se fit aimer de la nymphe Œnone qu'il épousa.

Aux noces de Thétis et de Pélée, la Discorde ayant jeté sur la table la fatale pomme d'or, avec l'inscription, A la plus belle,
Junon, Minerve et Vénus la disputèrent et demandèrent des juges.
L'affaire était délicate, et Jupiter, craignant de compromettre son
jugement, envoya les trois déesses, sous la conduite de Mercure, sur le
mont Ida, pour y subir le jugement de Pâris.

La pomme avant été
adjugée à Vénus, Junon et Minerve, confondant leur ressentiment,
jurèrent de se venger, et travaillèrent de concert à la ruine des
Troyens.

Sur ces entrefaites, Pâris, à l'occasion de jeux
funèbres où il avait remporté le prix, se fit reconnaître de Priam en
lui montrant les langes avec lesquels il avait été exposé. Ce roi, ne
croyant plus à l'oracle, le reçut avec joie, et le fit conduire au
palais. Dans la suite, il l'envoya en Grèce, sous prétexte de sacrifier à
Apollon, mais, en réalité, pour recueillir la succession de sa tante
Hésione. Dans ce voyage, il devint amoureux d'Hélène et l'enleva.

Durant la traversée de Grèce en Asie, Nérée lui prédit les malheurs qui seraient la suite de cet enlèvement.

Pendant le siège de Troie, il combattit contre Ménélas, fut sauvé par
Vénus, et refusa de rendre Hélène, aux termes de la convention qui avail
précédé le combat, blessa Diomède, Machaon, fils d'Esculape, Antiloque,
fils de Nestor, Palamède, et tua Achille.

Pâris était
remarquable par sa beauté ; mais il ne laissait pas d'être prompt, hardi
et vaillant, si du moins on s'en rapporle à Homère. Cependant son frère
Hector et les capitaines grecs lui reprochent parfois sa beauté, et lui
disent qu'il est plus propre aux jeux de l'Amour qu'à ceux de Mars.
Revenir en haut Aller en bas
moumoune
Admin
avatar

Messages : 707
Points : 567765
Date d'inscription : 02/01/2011

MessageSujet: Re: Les héros grecs.   Lun 5 Sep - 9:27

cheers cheers cheers


Agamemnon

Les Atrides
Agamemnon,
roi d'Argos et de Mycènes, petit-fils de Pélops, était, comme son frère
Ménélas, fils de Plisthène. Mais, tous deux ayant été élevés par leur
oncle Atrée, Homère et d'autres poètes les désignent sous le nom
d'Atrides. Il eut de Clytemnestre, sa femme, quatre filles, Iphigénie,
Électre, Iphianasse, Chrysothémis, avec un fils qui fut Oreste.

La guerre de Troie ayant été résolue, il fut élu généralissime de
l'armée des Grecs. La flotte qui devait transporter l'armée en Asie
était réunie dans le port d'Aulis, mais retenue par les vents
contraires. Afin d'obtenir les vents favorables, Agamemnon, incité par
l'oracle de Calchas, sacrifia à Diane sa fille Iphigénie. Peut-être ne
fut-elle pas réellement sacrifiée : on raconte en effet que Diane,
apaisée par la soumission du roi, enleva cette princesse, et substitua
une biche qui fut immolée à sa place.

Sous les murs de Troie,
il eut une violente querelle avec Achille auquel il fut obligé de rendre
la jeune captive Briséis qu'il lui avait enlevée.

Après le
siège de Troie, il aima éperdument la prophétesse Cassandre, fille de
Priam, sa prisonnière, et l'amena dans Argos. Elle lui avait prédit
qu'il périrait, s'il retournait dans sa patrie ; mais le sort des
prophéties de Cassandre était de ne rencontrer qu'incrédulité. Il n'eut
garde d'y ajouter foi, et cependant tomba bientôt victime des intrigues
de Clytemnestre et d'Égisthe. Ce fils de Thyeste crut en outre venger
son père en tuant Agamemnon.

Du temps de Pausanias, on montrait
encore à Mycènes les tombeaux d'Agamemnon, d'Eurymédon, conducteur de
son char, et de tous ceux que ce prince avait ramenés de Troie, et qui
périrent avec lui.


Dernière édition par moumoune le Lun 5 Sep - 9:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
moumoune
Admin
avatar

Messages : 707
Points : 567765
Date d'inscription : 02/01/2011

MessageSujet: Re: Les héros grecs.   Lun 5 Sep - 9:28

cheers cheers cheers

Ménélas

Les AtridesMénélas,
frère d'Agamemnon, et mari d'Hélène, régnait à Sparte où il avait
succédé à Tyndare, son beau-père. Déshonoré par le Troyen Pâris, et
outré de la fuite d'Hélène, il en instruisit tous les princes de la
Grèce, qui s'étaient engagés par les serments les plus solennels à
prêter leur secours à l'époux d'Hélène, si on venait lui enlever son
épouse. Ce fut donc à son instigation que les Grecs prirent les armes et
firent le siège de Troie.

Déjà ce siège durait depuis
longtemps : un jour, Grecs et Troyens étant en présence, Pâris et
Ménélas proposent de se battre en combat singulier et de vider eux seuls
la querelle. Les deux adversaires entrent en lice : Ménélas a
l'avantage, mais Vénus, voyant son favori près de succomber, le dérobe
aux coups de son ennemi, et l'emporte dans la ville, c'est-à-dire que
Pâris prend la fuite. En vain Ménélas crie à la perfidie, de loin un
Troyen lui tire une flèche dont il est blessé légèrement, et les
hostilités recommencent.

Après la prise de Troie, Ménélas,
réconcilié avec Hélène, ne rentra dans Sparte qu'au bout de huit ans. Il
fut, dit-on, retenu sur la côte d'Égypte par les dieux auxquels il
n'avait pas offert les hécatombes qu'il leur devait.

On lui
reproche d'avoir extorqué d'Agamemnon le sacrifice d'Iphigénie, d'avoir
servi la jalousie d'Hermione, sa fille, en voulant faire périr
Andromaque et Pyrrhus, et de n'avoir pas énergiquement secouru son neveu
Oreste.
Revenir en haut Aller en bas
moumoune
Admin
avatar

Messages : 707
Points : 567765
Date d'inscription : 02/01/2011

MessageSujet: Re: Les héros grecs.   Lun 5 Sep - 9:31

cheers cheers cheers

Hélène

Les tyndaridesHélène,
fille de Jupiter et de Léda, la femme de Tyndare, et sœur de Pollux,
Castor et Clytemnestre, fut cause de tant de malheurs par sa fatale
beauté, que beaucoup de poètes, ainsi qu'on l'a dit plus haut, n'ont
voulu voir en elle que la fille de la terrible et implacable Némésis, et
ainsi Léda n'aurait été que sa nourrice, sa mère par adoption. Quoi
qu'il en soit, dès ses premières années, sa beauté fit tant de bruit que
Thésée l'enleva du temple de Diane où elle dansait. Délivrée par ses
frères, elle fut ramenée à Sparte et recherchée en mariage par un grand
nombre de princes. Tyndare, craignant d'irriter ceux qu'il refuserait,
suivit le conseil d'Ulysse, et fit jurer à tous les prétendants que,
lorsque son choix serait tombé sur l'un d'eux, ils se réuniraient tous
pour le défendre contre quiconque voudrait la lui disputer. Alors il se
détermina en faveur de Ménélas.

Les premières années de cette
union furent heureuses ; mais durant une absence de Ménélas, le Troyen
Pâris, fils de Priam, vint en Grèce, sous prétexte de faire un sacrifice
à Apollon Daphnéen, se fit aimer d'Hélène, l'enleva, et attira sur sa
patrie cette guerre longue et sanglante qui fait le sujet de l'Iliade.

Cet événement n'éteignit pas la passion de Ménélas, puisque, après la
ruine de Troie, cette perfide lui ayant livré Déiphobe, fils de Priam,
qu'elle avait épousé après la mort de Pâris, il massacra indignement ce
héros, se réconcilia avec elle, et la ramena à Sparte. Il eut d'elle une
fille, Hermione.

Après la mort de Ménélas, Mégapenthe et
Nicostrate, ses fils naturels, la chassèrent, et la forcèrent de se
retirer à Rhodes. Là, Polyxo, femme de Tlépolème, pour venger la mort de
son mari tué au siège de Troie, lui envoya, au moment où elle prenait
un bain, deux femmes qui la pendirent à un arbre. Plus tard Hélène fut
adorée, dans l'île de Rhodes, sous le nom de Dendritis (rac. dendron, arbre). Auprès de l'arbre où elle fut pendue poussait une plante appelée hélénion, née, disait-on, des larmes d'Hélène. Cette plante avait la vertu de rendre aux femmes leur beauté.

Hérodote et Euripide, en racontant la vie d'Hélène, ont suivi une
tradition un peu différente de la légende ordinaire. Le premier fait
aborder Pâris avec sa conquête sur la côte d'Égypte. Protée le chasse de
ses États, et retient Hélène avec toutes ses richesses pour les
restituer à leur légitime possesseur. Cependant les Grecs, avant de
commencer les hostilités, envoient des ambassadeurs redemander Hélène.
Les Troyens répondent qu'elle est en Égypte : cette réponse leur paraît
une moquerie ; mais, après le siège, ils sont convaincus de la vérité,
et Ménélas se transporte à Memphis où Hélène lui est rendue.


Euripide la représente comme vertueuse. À l'entendre, c'est un fantôme
que Junon a substitué à sa place, par ressentiment contre Vénus, qui a
remporté sur elle le prix de beauté. La véritable Hélène, enlevée par
elle, pendant qu'elle cueillait des roses, est transportée dans l'île de
Pharos. Lorsque, après la ruine de Troie, la tempête jette Ménélas en
Égypte, le fantôme disparaît, en rendant témoignage à l'innocence
d'Hélène, et Ménélas rentre à Sparte avec sa vertueuse épouse.
Revenir en haut Aller en bas
moumoune
Admin
avatar

Messages : 707
Points : 567765
Date d'inscription : 02/01/2011

MessageSujet: Re: Les héros grecs.   Lun 5 Sep - 9:34

cheers cheers cheers

Patrocle

Autres héros grecs de la Guerre de TroiePatrocle,
fils de Ménœtius, roi des Locriens, et de Sthénélé, ayant tué le fils
d'Amphidamas, dans un emportement de jeunesse causé par le jeu, fut
obligé de quitter sa patrie. Il trouva un asile à la cour de Pélée qui
le fit élever par Chiron avec son fils Achille ; de là cette amitié si
tendre et si constante entre les deux héros.

Sous les murs de
Troie, Patrocle, ne pouvant décider son ami à oublier son ressentiment
contre les Grecs et à rentrer dans la lutte contre les Troyens, obtient
cependant de lui la permission de revêtir son armure et de combattre à
sa place. Il prend donc les armes d'Achille, moins sa pique si pesante
qu'aucun Grec ne pouvait s'en servir. Il repousse les Troyens, mais il
tombe fatalement sous les corps d'Hector favorisé par Apollon.


Ajax et Ménélas font reculer Hector vainqueur, et emportent le corps de
leur compagnon d'armes. Achille jure de le venger ; l'ombre de Patrocle
lui apparaît et le prie de hâter ses funérailles, afin que les portes
des Champs-Élysées lui soient ouvertes. Achille s'empresse de remplir
ses intentions, et bientôt après il sacrifie valeureusement Hector aux
mânes de son ami.
Revenir en haut Aller en bas
moumoune
Admin
avatar

Messages : 707
Points : 567765
Date d'inscription : 02/01/2011

MessageSujet: Re: Les héros grecs.   Lun 5 Sep - 9:35

cheers cheers cheers

Ulysse, en grec Odysseus

Autres héros grecs de la Guerre de TroieUlysse,
fils de Lærte, ou peut-être de Sisyphe, et d'Anticlée, mari de
Pénélope, père de Télémaque, était roi de deux petites îles de la mer
Ionienne, Ithaque et Dulichie. C'était un prince éloquent, fin, rusé,
artificieux ; il contribua bien autant par ses artifices à la prise de
Troie que les autres généraux grecs par leur valeur. Il n'y avait que
peu de temps qu'il était marié avec la belle et sage Pénélope, lorsqu'il
fut question de la guerre de Troie. L'amour qu'il avait pour sa jeune
épouse lui fit chercher plusieurs moyens pour ne pas l'abandonner, et
pour s'exempter d'aller à cette guerre.

Il imagina de
contrefaire l'insensé ; et, pour faire croire qu'il avait l'esprit
aliéné, il s'avisa de labourer le sable sur le bord de la mer, avec deux
bêtes de différente espèce, et d'y semer du sel. Mais Palamède,
disciple de Chiron et fils de Nauplius, roi de l’île d'Eubée, découvrit
la feinte en mettant le petit Télémaque sur la ligne du sillon. Ulysse,
ne voulant pas blesser son fils, leva le soc de la charrue, et fit
connaître par là que sa folie n'était que simulée.

A son tour
Ulysse découvrit Achille qui était déguisé en jeune fille dans l’île de
Scyros, et l'emmena combattre devant Troie. Au cours de cette guerre, il
enleva le Palladium, statue de Minerve, protectrice de la ville et
enfermée dans la citadelle d'Ilion ; il tua Rhésus, roi de Thrace, venu
au secours des Troyens, et emmena ses chevaux au camp des Grecs ; il
contraignit Philoctète, quoique son ennemi, à le suivre au siège de
Troie avec les flèches d'Hercule.

C'était à ces trois conditions seulement que la ville pouvait être prise, selon l'ordre des destins.

Après la mort d'Achille, les armes de ce héros lui furent adjugées, de
préférence à Ajax ; mais les débats furent vifs, devant les chefs grecs
pris pour juges ; et il ne gagna sa cause que grâce à son éloquence.

A son retour de Troie, Ulysse eut de grandes aventures qui sont le sujet de l'Odyssée,
d'Homère. Une tempête le jeta d'abord sur les côtes des Ciconiens,
peuples de Thrace, où il perdit plusieurs de ses compagnons ; de là il
fut porté au rivage des Lotophages, en Afrique, où quelques hommes de sa
flotte l'abandonnèrent. Les vents le conduisirent ensuite sur les
terres des Cyclopes, en Sicile, où il courut les plus grands dangers. De
Sicile il alla chez Eole, roi des Vents ; de là chez les Lestrigons, où
il vit périr onze de ses vaisseaux ; et, avec le seul qui lui restait,
il se rendit dans l'île d'Æa chez Circé, où il demeura un an ; de là il
descendit aux Enfers pour y consulter l'âme de Tirésias sur sa destinée.
Il échappa aux charmes de Circé et des Sirènes, évita les gouffres de
Charybde et de Scylla ; mais une nouvelle tempête fit périr son vaisseau
avec tous ses compagnons, et il se sauva seul de l'île de Calypso où il
demeura pendant sept années. Embarqué sur un radeau, il fit de nouveau
naufrage, et eut bien de la peine à gagner l'île des Phéaciens. Sur le
rivage, il fut accueilli par la jeune et belle Nausicaa, fille
d'Alcinoüs, roi de cette île. La princesse le conduisit au palais de son
père, où il reçut une généreuse et brillante hospitalité. Avec le
secours du roi Alcinoüs, il aborda enfin à l'île d'Ithaque, après une
absence de vingt ans.

Il descend chez Eumée, son discret et
fidèle serviteur. Plusieurs princes de ses voisins, qui le croyaient
mort, s'étaient rendus maîtres chez lui, et dissipaient son bien : tous
étaient des prétendants à la main de Pénélope. Il se présenta dans son
palais sous les traits et le déguisement d'un vieux mendiant. Télémaque
fut le premier à qui son père se découvrit, et ensemble ils prirent des
mesures pour se défaire de leurs ennemis.

À la porte de son
palais, il est reconnu par son chien Argus qu'il avait laissé en parlant
pour Troie, et qui meurt de joie en revoyant son maître. Il est aussi
reconnu par Euryclée, sa vieille nourrice. Celle-ci, en lui lavant les
pieds, a aperçu une blessure qu'il avait à la jambe et que lui avait
faite autrefois un sanglier.

Pénélope lui apprend qu'elle ne
peut plus éluder les poursuites des prétendants, et qu'elle a promis
d'épouser celui qui viendrait à bout de tendre l'arc d'Ulysse. Tous en
effet avaient accepté la proposition de la reine ; mais ils essayent
vainement de tendre l'arc. Ulysse, après eux, demande qu'il lui soit
permis d'éprouver ses forces ; il bande l'arc très aisément ; et en même
temps il tire sur les poursuivants, qu'il tue l'un après l'autre, aidé
de son fils et de deux fidèles domestiques.

Reconnu
définitivement par Pénélope, il régna paisiblement dans son île, jusqu'à
ce que Télégone, qu'il avait eu de Circé, le tua sans le connaître. Son
vieux père, Lærte, avant de mourir, avait eu la consolation de le voir
de retour.

La mémoire d'Ulysse â été consacrée par un grand
nombre de monuments, de bas-reliefs, de médailles et de camées : on le
reconnaît au bonnet pointu qu'on lui donne ordinairement ; on prétend
que ce fut le peintre grec Nicomaque qui le lui donna le premier.
Souvent il est représenté en compagnie de Minerve.
Revenir en haut Aller en bas
moumoune
Admin
avatar

Messages : 707
Points : 567765
Date d'inscription : 02/01/2011

MessageSujet: Re: Les héros grecs.   Lun 5 Sep - 9:38

cheers cheers cheers


Ajax, fils d'Oïlée

Autres héros grecs de la Guerre de TroieAjax,
fils d'Oïlée, roi des Locriens d'Opunte, équipa quarante vaisseaux pour
le siège de Troie. C'était un prince brave, intrépide, qui rendit de
grands services aux Grecs, mais brutal et cruel. Après la prise de
Troie, il outragea Cassandre qui s'était réfugiée dans le temple de
Minerve. Cette déesse le punit en submergeant toute sa flotte près des
rochers de Capharée, promontoire de l’ile d'Eubée. L'intrépide guerrier,
échappé au naufrage, se sauva sur un écueil, et dit arrogamment. : «
J'en échapperai malgré les dieux. » Indignée de son insolence,
Pallas-Minerve prit la foudre de Jupiter et l'anéantit sur son rocher.


--------------- -------------- -----------



Ajax, fils de Télamon, et son frère Teucer

Autres héros grecs de la Guerre de TroieTélamon,
frère de Pélée, chassé d'Égine par son père Eaque, à la suite d'un
meurtre involontaire, devint roi de Salamine. C'était un ami d'Hercule
et l'un des plus vaillants Argonautes. N'ayant pu, à cause de son grand
âge, prendre part à la guerre de Troie, il y envoya ses deux fils, Ajax,
né de Péribée, princesse de Mégare, et Teucer, issu d'Hésione, sœur de
Priam.

Ajax fut, après Achille, le plus vaillant des Grecs, et,
comme lui, fier, emporté, invulnérable même, excepté dans un endroit de
la poitrine que lui seul connaissait. Il se montrait hardi, provocateur
même vis-à-vis des dieux. Il se distingua au siège de Troie où il
commandait les guerriers de Mégare et de Salamine. Il se battit pendant
un jour entier contre Hector sans se laisser vaincre.

Achille
mort, Ajax et Ulysse se disputèrent ses armes. Ulysse l'emporta ; et
Ajax en devint si furieux que, pendant la nuit, il massacra tous les
troupeaux du camp, croyant tuer son rival et les capitaines de l'armée.
Revenu de son délire, et confus de son égarement, il tourna son épée
contre son sein et se donna la mort.

Calchas, consulté si on
brûlerait le corps d'Ajax, décida que, étant mort impie, il ne méritait
pas les honneurs du bûcher. Cependant les Grecs lui érigèrent un
monument sur le promontoire de Rhœtée, dans la Troade. On raconte que
l'âme d'Ajax, ayant la liberté de choisir un corps pour revenir habiter
la terre, préféra celui du lion à celui de l'homme.

Suivant
Ovide, Ajax, après sa mort, fut changé en fleur ; et les deux premières
lettres de son nom se trouvaient tracées sur cette fleur que le poète
nomme hyacinthe.

Ulysse avant perdu dans une tempête les armes
d'Achille, les flots les portèrent sur le rivage près du tombeau d'Ajax.
Les dieux en faisaient ainsi un hommage posthume au héros.


Teucer ne vengea point l'affront fait à son frère Ajax, et ne l'empêcha
pas de se tuer. Cette indifférence le rendit odieux à Télamon qui lui
intima l'ordre de ne jamais remettre les pieds dans l’île de Salamine,
Il alla donc chercher fortune ailleurs, et, abordant à l’île de Chypre,
il y bâtit une ville à laquelle il donna le nom du royaume de son père.
Homère dit que Teucer était le plus adroit archer de l'armée des Grecs.
Revenir en haut Aller en bas
moumoune
Admin
avatar

Messages : 707
Points : 567765
Date d'inscription : 02/01/2011

MessageSujet: Re: Les héros grecs.   Lun 5 Sep - 9:42

cheers cheers cheers


Priam

Héros troyens de la Guerre de TroiePriam,
fils de Laomédon, petit-fils d'Illus, arrière-petit-fils de Tros, ayant
pris le parti d'Hercule contre son père qui lui avait manqué de foi,
reçut du héros la couronne pour prix de son équité.

Ce prince
rebâtit Troie, qu'Hercule avait ruinée, et étendit les limites de son
royaume, qui devint très florissant. Mais sa vieillesse fut attristée
par le siège de Troie, la ruine de la ville et la perte de ses enfants.
Il fut tué dans son palais, au milieu de ses dieux, par Pyrrhus.

Il ne lui servit à rien d'embrasser l'autel de Jupiter-protecteur : le
fils d'Achille l'en arracha brutalement, et lui passa son épée au
travers du corps.

De plusieurs femmes, il eut un grand nombre
d'enfants ; d'Hécube, il eut Hector, Pâris, Déiphobe, Hélénus, Politès,
Antiphus, Hipponoüs, Polydore, Troïle, Créuse, Laodice, Polyxène et
Cassandre. Homère le représente comme un prince équitable, mais d'une
aveugle faiblesse pour son fils Pâris, ravisseur d'Hélène et cause de
tous ses malheurs.
Revenir en haut Aller en bas
moumoune
Admin
avatar

Messages : 707
Points : 567765
Date d'inscription : 02/01/2011

MessageSujet: Re: Les héros grecs.   Lun 5 Sep - 9:46

cheers cheers cheers


Téthys et les Océanides

Divinités de la mer et des eauxTéthys,
fille du Ciel et de la Terre, épousa l'Océan, son frère, et devint mère
de trois mille nymphes appelées les Océanides. On lui donna encore pour
enfants, non seulement les fleuves et les fontaines, mais encore
Protée, Éthra, mère d'Atlas, Persa, mère de Circé, etc. On dit que
Jupiter ayant été lié et garrotté par les autres dieux, Téthys, avec
l'aide du géant Égéon, le remit en liberté.

Elle se nommait
Téthys d'un mot grec qui signifie nourrice, sans doute parce qu'elle est
la déesse de l'eau, matière première qui, suivant une croyance antique,
entre dans, la formation de tous les corps.

Le char de cette
déesse est une conque d'une forme merveilleuse et d'une blancheur
d'ivoire nacré. Quand elle parcourt son empire, ce char, traîné par des
chevaux marins plus blancs que la neige, semble voler à la surface des
eaux. Autour d'elle les dauphins en se jouant bondissent dans la mer ;
elle est accompagnée par les Tritons, qui sonnent de la trompette avec
leurs conques recourbées, et par les Océanides couronnées de fleurs, et
dont la chevelure flotte sur leurs épaules au gré des vents.


Téthys, déesse de la mer, épouse de l'Océan, ne doit pas être confondue
avec Thétis, fille de Nérée et mère d'Achille. L'orthographe de ces deux
noms est d'ailleurs différente.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les héros grecs.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les héros grecs.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les amis(es) des animaux..... :: Le petit coin de moumoune :: Histoire-
Sauter vers: